La phobie de l’avion toucherait entre un cinquième et un tiers des voyageurs à des degrés divers, selon les estimations. Fortement handicapante, il existe pourtant des techniques, des formations ou des stages pour vaincre son angoisse en avion ! Découvrez comment la détecter, identifier ses causes, et comment soigner sa phobie de l’avion pour voyager enfin l’esprit libre.

4-Phobie de l avion angoisse soigner

Index

Êtes-vous concerné par la phobie de l’avion ?
Liste complète des symptômes de la phobie de l’avion
Phobie de l’avion et évitements
D’où vient la phobie de l’avion ?
Peur de l’avion : une phobie complexe
Comment devient-on phobique de l’avion ?
Définition de la phobie de l’avion
Angoisses en avion : 3 exemples d’éléments déclencheurs
Peur de l’avion et claustrophobie
Les trous d’air et les turbulences en avion
La phobie du vide
Comment surmonter la phobie de l’avion ?
Les thérapies cognitivo-comportementales
Les stages contre la phobie de l’avion


Êtes-vous concerné par la phobie de l’avion ?

La phobie de l’avion est une manifestation de peur et d’anxiété à l’évocation d’un voyage en avion, que ce soit en France ou à l’autre bout du monde. Dans sa forme la plus aiguë, l’angoisse peut apparaître dès la planification du voyage et la réservation des vols. Elle augmente à mesure qu’approche le jour du départ, jusqu’à provoquer éventuellement des insomnies.

Les sensations d’angoisse et d’anxiété culminent à l’arrivée à l’aéroport, à l’embarquement et pendant le vol. Une fois en altitude, le patient peut ressentir un grand inconfort, du stress et devient hyper-réceptif aux signaux environnants. Chaque signal est alors interprété de façon catastrophiste, qu’il s’agisse de bruits inconnus ou de turbulences en vol – des éléments tout à fait normaux.

La phobie de l’avion s’exprime à des degrés divers et peut occasionner des symptômes de stress, d’angoisse, voire de panique.

Liste des symptômes de la phobie de l’avion

  • Tremblements
  • Sueurs
  • Palpitations cardiaques
  • Difficultés gastriques
  • Rougissements
  • Perte de repères
  • Sensation de désorientation
  • Irritabilité

Phobie de l’avion et évitements

Un autre symptôme est celui de l’évitement. Dans sa forme aigue, il consiste à ne plus du tout prendre l’avion, de peur de se confronter à ces angoisses. La personne concernée va soigneusement éviter les aéroports, ce qui a l’effet néfaste d’enraciner les angoisses grâce au confort trompeur de ne plus les ressentir.

Autre stratégie d’évitement, plus courante : beaucoup de personnes qui souffrent d’angoisse en avion ont recours à des médicaments ou à de l’alcool, avant ou pendant le vol. Cela permet d’atténuer les symptômes en abaissant le niveau de conscience, sans surmonter pour autant sa peur de l’avion.

Parfois, les symptômes sont assez légers pour être supportés. Le vol en avion peut avoir lieu au prix d’un inconfort ou d’un stress important, sans aller jusqu’à la panique et la phobie. Le voyageur va souvent se plonger dans des distractions (films ou livres) pour éviter de penser à une situation qui le préoccupe profondément. Même s’il est bien moins handicapant, ce cas de figure est à surveiller pour éviter que le léger stress dégénère en peur de l’avion !

Quel que soit votre degré de peur de l’avion (phobie, panique, stress ou angoisse), lisez attentivement ce qui va suivre ! Nous vous apportons des techniques et des méthodes pour vaincre sa phobie de l’avion durablement. Pour en savoir plus sur votre peur de l’avion, vous pouvez déjà effectuer notre questionnaire à cette page.


D’où vient la phobie de l’avion ?

Peur de l’avion : une phobie complexe

D’où vient la phobie de l’avion ? En réalité, il n’existe pas de réponse universelle à cette question. Il s’agit d’un trouble de l’anxiété particulièrement difficile à diagnostiquer, différent chez chaque personne.

La phobie de l’avion est une phobie complexe, mélange de peurs spécifiques à l’avion (peur de la panne technique, d’une défaillance du pilote, turbulences, peur du crash…) et de peurs non-spécifiques (claustrophobie, phobies sociales, peur de l’océan, peur de perdre le contrôle…). Chez certains patients, ces peurs non-spécifiques préexistent à la phobie de l’avion, mais elles sont révélées par la situation de vol aérien.

Le problème avec la phobie ou l’angoisse en avion, c’est que ces troubles se mélangent. Ils deviennent difficiles à démêler et à identifier sans aide extérieure (que ce soit des thérapies cognitivo-comportementales ou de l’hypnose).

Le sentiment de malaise se suffit à lui-même et prend le nom de peur de l’avion, d’angoisse, voire de phobie de l’avion lorsqu’il devient vraiment paralysant.

Comment devient-on phobique de l’avion ?

La phobie de l’avion n’est pas innée. Elle est toujours curable. On ne le répète jamais assez, personne ne nait phobique de l’avion ! Au contraire, il s’agit d’une peur acquise, agrégeant des troubles préexistants.

L’acquisition de la phobie de l’avion est impossible à généraliser. Parfois, elle peut naître d’un évènement mal vécu en avion : vol mouvementé, fortes turbulences, panne pendant le vol… Dans beaucoup d’autres cas, elle apparaît d’un jour à l’autre, sans qu’on puisse détecter une cause logique. Certaines phobies apparaissent même chez le personnel de bord ou chez des voyageurs fréquents, après des milliers d’heures de vol sans encombre !

Enfin, dans beaucoup de cas, l’angoisse de l’avion est autoalimentée par l’exposition médiatique des crashs aériens. Bien qu’infiniment plus rares que les accidents de la route, leur traitement accentue les phénomènes d’angoisse chez les personnes ayant un terrain anxieux. C’est pourquoi on conseille d’éviter de se focaliser sur les informations en continu et de chercher des infos pondérées auprès de vrais spécialistes de la sécurité aérienne.


Définition de la phobie de l’avion

La phobie de l’avion est aussi appelée aviophobie ou aérodromophobie. Elle fait partie des troubles anxieux. C’est la phobie des voyages en avion.

La phobie est à distinguer de la simple peur. Cette dernière est une réaction graduée, adaptée, utile en cas de danger. Au contraire, la phobie est une peur pathologique qu’il faut traiter. Elle n’a pas de lien avec la réalité et surévalue considérablement le risque.

La phobie est proche de l’anxiété, un état de trouble psychique causé par la crainte d’un danger. On peut parler de phobie de l’avion lorsque l’angoisse est fortement handicapante, au point de générer un grand inconfort ou l’impossibilité de voler.

Angoisses en avion : 3 exemples d’éléments déclencheurs

L’avion est un déclencheur d’angoisses spécifiques, souvent préexistantes. Ci-dessous, voici 3 exemples (non-exhaustifs) de troubles anxieux qui s’expriment une fois en vol, et qui peuvent être traités séparément.

Peur de l’avion et claustrophobie

La claustrophobie est la peur des espaces confinés. Très répandue, c’est une des causes principales des phobies en avion. Les patients concernés vivent mal le fait d’être dans un habitacle réduit, sans pouvoir en sortir.

En particulier, ce qui s’exprime dans la claustrophobie, c’est la peur panique de ne pas pouvoir s’échapper en cas de danger. Elle est liée à la perte de contrôle ressentie par beaucoup de voyageurs en avion. Une fois identifiée, traiter la claustrophobie en tant que trouble anxieux est une technique possible pour surmonter la phobie de l’avion.

Les trous d’air et les turbulences en avion

Les trous d’air sont probablement l’idée reçue la plus répandue sur les avions. Ils viennent d’une conception erronée, selon laquelle il y aurait des zones de « vide » dans le ciel. Dans les trous d’air, l’avion n’est plus soutenu, subit des turbulences et peut même chuter.

Bien sûr, il n’en est rien ! Les trous d’air n’existent pas, car il n’y a pas plus de vide dans l’air que dans l’eau. Les turbulences sont dues à des mouvements des masses d’air. Sans danger pour les avions, elles occasionnent tout au plus de l’inconfort en cabine. Dans le cadre des thérapies cognitivo-comportementales (ou TCC), les patients peuvent recevoir des informations fiables sur l’avion et la sécurité aérienne pour court-circuiter leurs idées reçues et désamorcer la plupart de leurs peurs en avion.

La phobie du vide

La phobie du vide (ou acrophobie) est une peur du vide disproportionnée en regard des dangers réels. Il faut rappeler qu’un avion ne peut pas tomber du ciel ! Au contraire, grâce à la portance, il peut voler pendant de très nombreux kilomètres, même si les moteurs étaient éteints. La phobie du vide peut elle aussi être surmontée au cours de stages contre la peur de l’avion basés sur les TCC.


Comment surmonter la phobie de l’avion ?

Très bonne nouvelle : la phobie de l’avion n’est pas une fatalité ! Elle peut être traitée dans tous les cas, quel que soit le degré, avec des taux de réussite très élevés (95% pour les stages peurdelavion.fr).

Il n’est jamais trop tard, ni trop tôt, pour soigner une phobie de l’avion. Tout le monde peut bénéficier des apports des stages contre la peur de l’avion et retrouver le plaisir de voler sereinement.

Surmonter la peur de l’avion est un grand accomplissement. Cela permet de se sentir pleinement maître de son destin, et de pouvoir profiter de voyages avec sa famille ou ses amis, en France ou dans le monde. Pour les voyages d’affaire, cela permet de réaliser enfin des déplacements professionnels sans être pollué par des phobies ou des angoisses.

Pour surmonter sa phobie de l’avion, il n’y a pas qu’une seule méthode : l’hypnose, l’homéopathie ou les livres de développement personnel ont aussi leurs adeptes. Cela dit, c’est bien du côté de la psychologie et des thérapies cognitivo-comportementales qu’on observe les meilleurs résultats pour guérir des phobies et voyager l’esprit léger.

Les thérapies cognitivo-comportementales

Chaque thérapie contre la phobie de l’avion est différente. Elle doit en effet identifier la nature des angoisses et les troubles anxieux qui peuvent éventuellement la composer.

Identifier la cause d’une phobie ou d’une angoisse en avion est fondamental. Cela donne l’opportunité de traiter l’éventuel trouble préexistant à la phobie de l’avion de façon séparée. Qu’il s’agisse de claustrophobie, de peur sociale, d’une angoisse liée à la perte de contrôle ou autres… Connaître la cause exacte derrière sa phobie de l’avion est le premier pas pour cibler la thérapie.

Les thérapies cognitivo-comportementales (ou TCC) ont fait leurs preuves dans le traitement des phobies au sens large, et en particulier pour la phobie de l’avion.

Comment ? Ces thérapies s’articulent autour de deux volets, 1. cognitif et 2. comportemental. La partie cognitive apporte une base de connaissance pour comprendre le sujet de sa phobie : les avions, les vols aériens, le pilotage, la sécurité aérienne. Le volet comportemental permet de construire une réponse physique aux symptômes de stress. Il inclut des techniques de relaxation ou de respiration. Ensemble, les TCC permettent de remplacer les circuits de pensée et les mauvais réflexes qui aboutissaient au cercle vicieux de la phobie de l’avion.

Les stages contre la peur de l’avion

Les stages contre la phobie de l’avion basés sur les TCC sont le meilleur moyen de vaincre sa phobie de l’avion ou son angoisse. Quel qu’en soit le degré, ils proposent une démarche intégrale basée sur les derniers apports des thérapies cognitivo-comportementales, appliqués par des thérapeutes professionnels (pilote d’avion et psychologue).

Dispensé sous la forme de cours, de formation ou de stage, le contenu de la thérapie permet un traitement très efficace, ciblé à la phobie de chacun. En option, un ou plusieurs vols accompagné(s) par un thérapeute est possible, pour appliquer les acquis lors d’un voyage aérien en France.

Pour en savoir plus, toutes les infos sur les stages contre la peur de l’avion sont sur cette page. Ils atteignent un taux de réussite de 95% ! Découvrez les témoignages des participants sur cette page, et préparez-vous à embarquer l’esprit léger.


Crédit photo : Jordan Sanchez